Compagnie L'un Passe

Compagnie L'un Passe

L’un Passe c’était une blague. On se la rappelait à chaque fois que l’on se voyait, mais petit à petit elle perdait ses allures de plaisanterie.

 

 

Notre envie de collaboration a émergé de notre goût pour le travail de l’autre, de nos questionnements communs sur le cirque, notre rapport au public, notre besoin du jeu, notre envie de créer une association entre mouvement et sens et notre sensation d’être parfois loin de ce qui est appelé « cirque ». 

LOGUE [Log]

C’est le premier spectacle de la Compagnie L’un Passe.

C’est l’histoire de livres. Ils sont partout, ils envahissent la scène, sont des instruments de jeux et de prouesses, des alliés ou des ennemis, ils sont dans le public, parfois même, ils sont les spectateurs.

 

C’est l’histoire de deux individus au milieu de ces livres. Ils sont très différents. Lui, lecteur compulsif, elle, dyslexique et dysorthographique.

 

C’est l’histoire de l’école et de l’apprentissage.

 

C’est l’histoire d’un trapèze washington et d’une pile de livres.

 

C’est l’histoire d’un régisseur qui passe sur scène.

Mais c’est aussi l’histoire d’un public qui participe joyeusement au déroulé du spectacle. Un public sans lequel il ne peut rien se passer.

Ca peut être l’histoire de Martine qui oublie de couper sa ficelle et de Roger qui lui rappelle, alors qu’ils ne se connaissent pas.

"Ce qui nous pousse à créer Logue [log] et à convoquer un public, c’est l’envie d’un moment joyeux et convivial. Un temps où le spectateur est conscient que sans lui, rien ne peut se passer, qu’il puisse sentir qu’il a un peu le spectacle entre les mains, et qu’il ait envie de participer à la construction de l’ouvrage. Le public a parfois le spectacle au bout des doigts, en plus de l’avoir dans les yeux et les oreilles.

la Compagnie L’un Passe est très attachée à la notion de spectacle vivant, qui nous semble essentielle dans un monde où l’on est plus souvent téléspectateur que spectateur. Que le temps de la représentation soit le temps d’une rencontre : aussi bien entre les interprètes et le public, qu’entre les spectateurs entre eux.

 

 

Notre travail a pour ligne directrice le mélange des genres : accorder le même crédit au beau et au con, au ludique et au poétique."

 

Fiche technique sur demande - encirquit@gmail.com

Dossier de présentation

© 2016 par encirQuit. Créé avec Wix.com